Les lycées de Provence Formation

Nomination des nouveaux ambassadeurs de la Mémoire


Pour aller plus loin...



Notre partenariat avec le Camp des Milles se poursuit. De nombreux élèves de 1ère STD2A ont souhaité devenir ambassadeurs de la Mémoire. Pour ce, ils devaient rédiger une lettre expliquant leur motivation. Le choix a été difficile au regard de la qualité de leur argumentation. Ont été choisis Romane et Alexis. Ils représenteront le Camp des Milles ainsi que notre lycée lors des commémorations officielles. Le 23 mars, ils seront reçus au Ministère de l'Education Nationale en tant qu'Ambassadeurs du Réseau des lieux de mémoire de la Shoah en France.

 

Pour aller plus loin, voici la lettre écrite par Romane :

Romane ALBERTINI                                                                                       1ère STD2A

La Mémoire, un Combat

2016, Je m’appelle Romane, j’ai 16 ans.

1943, Je m’appelle Denise, j’ai 16 ans.

Deux jeunesses, deux destins … un drame.

Il y a 71 ans, la seconde guerre mondiale faisait rage. Le monde et ses peuples se déchiraient, se tiraillaient, et s’affrontaient. Personne ne se doutait que l’un des plus grands génocides de toute l’histoire de l’humanité se préparait.

Des millions de destins détruits, des vies anéanties, des familles séparées, tout cela causé par la folie exterminatrice d’une idéologie innommable. Voila ce que certains osent ignorer, et même scander que cela n’a jamais existé.

Moi je n’ai jamais douté, et aujourd’hui grâce au témoignage poignant d’une femme incroyablement battante, je ressens au fond de moi une douleur pesante, et pourtant mille fois plus légère que celle de Denise. Les terribles horreurs que le peuple juif a dû affronter, ne doivent plus jamais se reproduire. Il est de notre devoir, et notamment nous les jeunes générations, de continuer à raconter, et de nous battre pour que nul n’oublie, nul ne doute et que nul ne nie.

Durant ce témoignage, des émotions de dégoût, de tristesse et de colère, se sont emparées de mon esprit. Un sentiment d’injustice cruel vit toujours en moi. Je ne peux concevoir que des êtres humains puissent faire autant de mal à d’autres humains, sans le moindre remords et avec une si grande insensibilité. Ne sommes-nous pas tous faits de chair et de sang ?

Au fil de son récit, les yeux mouillés, j’écoutais. Je m’imaginais vivre ces terribles épreuves, séparée de ma famille, loin de chez moi, côtoyant la mort, et ignorant la fin de mon voyage. A cet instant je compris alors le courage, l’espoir et la détermination de vivre et de survivre de Denise. Je m’interroge : comment survivre après ces tragiques événements ? Ces témoignages l’ont-ils aidée ? Je pense que oui.

Sa mémoire est devenue ma mémoire, notre mémoire.

A mon tour, il faut que je raconte l’histoire de Denise mais aussi celles des courageux survivants de la Shoa, de leurs camarades et de leurs familles.

C’est pourquoi, se serait un immense honneur pour moi de devenir une «Ambassadrice de la Mémoire ».

Défendre la force de trois mots chers à mon cœur depuis mon plus jeune âge: « LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE » vont de paire avec cette noble mission.

Mettre un point final à la cruauté de l’homme face à un peuple, n’est pas une utopie.

L’histoire de Denise ne doit plus se répéter.

Cette rencontre restera au fond de mon cœur pour toujours.